Interview Leone Renzo : Je suis avant tout passionné par l'automobile

14/12/16 / REPXPERT LIVE

Interview Leone Renzo : Je suis avant tout passionné par l'automobile

Découvrez la première partie de l'interview de Leone Renzo, garagiste à Choisy le Roi.

À 57 ans, Leone Renzo possède son propre garage à Choisy Le Roi. Passionné depuis son plus jeune âge par l'automobile, ce garagiste a gardé l'enthousiasme de ses débuts et nous raconte comment celle-ci a commencé.

Comment vous êtes-vous lancé dans le métier de la réparation automobile ?

Je suis avant tout passionné par l'automobile. Mon rêve était de devenir pilote mais n'ayant pas les moyens pour y parvenir, je me suis tourné vers la mécanique, mon autre passion.

Comment avez-vous concrétisé cette envie de faire ce métier ?

Par hasard. Quelqu'un m'a donné ma chance et m'a mis le pied à l'étrier. Je n'ai pas obtenu de diplôme pour faire ce métier. J'ai appris en pratiquant avec cette personne qui a cru en moi dès le début.

Depuis quand faites-vous ce métier ? Quelles sont les qualités pour durer dans cette profession ?

Depuis 41 ans. Comme dans tous les métiers, il faut avoir la passion de faire ça. Sans aimer ce que l'on fait, ça ne peut pas fonctionner et cela ne peut pas durer. Exercer un métier parce que l'on n'a pas trouvé mieux, ce n'est pas possible. Il faut être intéressé et passionné.

À quel âge avez-vous eu votre première voiture ?

À 17 ans, je n'avais pas le permis mais ça il ne faut pas trop le dire (rire). C'était une Fiat 500 et j'avais dû la payer environ 300 francs à l'époque. Je l'ai réparé et tout s'est bien passé pour cette première expérience en tant que conducteur.

Quel est votre premier souvenir avec l'univers de l'automobile ?

Je pense que c'est à travers mon père que je l'ai vécu. Il travaillait dans le bâtiment mais il aimait les belles voitures. Il a dû avoir son premier coupé Alfa Romeo en 1967 il me semble. Je n'avais que huit ans et ça m'a marqué.

Quelles autos vous font envie aujourd'hui ?

Je n'ai pas encore la fibre rétro donc je possède encore des voitures ou des motos relativement puissantes. J'avais 37 ans quand j'ai eu mon premier véhicule capable d'atteindre les 300 km/heure au compteur. Aujourd'hui, il n'y a pas vraiment de voitures qui me font envie mais il faut qu'elle soit puissante pour me plaire.

Racontez-nous une anecdote amusante avec un de vos clients.

À l'époque j'aimais faire quelques tours de circuit avec les voitures que je réparais. Donc je proposais à certains de mes clients de venir en faire avec moi. Certains ont adoré, d'autres l'ont moins bien supporté et ont même vomi parfois. J'en fais beaucoup moins maintenant.